Historique du Festival Paradisio

Le festival Paradisio a pour ambition de créer un lien entre ruralité et patrimoine cinématographique, dans une ambiance festive et conviviale…

Des films en argentique, des conférences, des scénographies, des figurants tout droit sortis de films d’époque, des ouvreuses de cinéma, des musiciens, des conteurs, tout autant d’animations qui viendront surprendre le visiteur.

Un moment d’émerveillement, pour un public aussi bien familial que de passionnés !

D.R.

Le projet un peu fou de monter un festival de « Cinéma de Patrimoine« , unique en France et même en Europe, est né d’une rencontre en 2016 entre deux personnes que rien ne prédestinait à se rencontrer. 

D’un côté, Jacques Drouhin, maire d’un petit village de Seine et Marne de moins de 650 habitants, Flagy, à l’origine des « apéros-concerts »‘ de Flagy, organisés en juin/juillet de chaque année, et des « Classiques du vendredi », concerts de musique classique à l’église de Flagy tous les vendredis de septembre.

De l’autre, Thierry Mauvoisin, premier assistant réalisateur ayant contribué à de nombreux projets d’envergure dans le cinéma français depuis les années 1980 (Lucie Aubrac de Claude Berri, Un long dimanche de fiançailles de Jean-Pierre Jeunet, Le bonheur est dans le pré d’Etienne Chatiliez…).

Nous sommes à l’été 2016. Pour les besoins du tournage du long-métrage Bonne Pomme de Florence Quentin avec Catherine Deneuve et Gérard Depardieu, l’équipe du film investit le village. C’est dans ce cadre qu’au fil des jours se tissent des relations d’amitié entre ces deux hommes qui décideront dès la fin du tournage de se revoir pour évoquer, sans en connaître encore les contours, un projet commun. Les fondations en seront finalement posées quelques mois plus tard puisque c’est à l’automne 2017 que le concept original du Festival Paradisio, événement consacré au cinéma de patrimoine des années 1900 à 1960, verra le jour.

Dès lors, une vingtaine de bénévoles de Flagy et ses alentours se mobilisent pour préparer la première édition du festival prévu pour l’été 2018. 

D.R.

L’inauguration du festival Paradisio a lieu vendredi 31 août 2018 en présence de Jean-Marc Giraud, sous-préfet de Fontainebleau, et Patrick Septiers, nouvellement élu Président du conseil départemental de Seine-et-Marne.

Ce soir-là, près de 400 spectateurs assistent en plein air à la projection de « Raphaël le tatoué », film d’avant-guerre (1938) réalisé par Christian-Jaque, avec Fernandel dans le rôle principal. Visionné en 35 mm grâce à un projecteur d’époque, cette séance suscite l’enthousiasme du public.

Au cours du week-end, plus de 1700 personnes se pressaient dans le village pour participer au festival, une vraie réussite !

Les bénévoles et les collectionneurs du Festival 

Afin de mener à bien ce projet ambitieux, un réseau de passionnés, collectionneurs et professionnels nous accompagne aussi bien dans la conception que lé déroulé du festival.

Grâce à eux, nous sommes à même de proposer des scénographies et des expositions de qualité, une filmographie à la hauteur des enjeux que nous nous sommes fixés depuis trois ans.

Nos visiteurs plébiscitent Paradisio pour son large choix de projections, susceptibles de combler petits et grands.

En plus des longs-métrages sélectionnés par Philippe Morisson, (journaliste, archiviste, spécialiste du cinéma de patrimoine), plusieurs collectionneurs mettent à la disposition du public leurs précieux fonds d’archives cinématographiques :

Laurence Bazin (association CINEAM),

Frédéric Rolland et Pascal Rigaud (association « Atelier du 7ème Art »),

Les Frères Loubeau (association « Le cinéma s’expose »).

D.R.

Les différents pôles artistiques du Festival Paradisio

D.R.

L’originalité du festival Paradisio réside en les différents types d’attractions proposés chaque année :

Les scénographies :  

Le festival reconstitue en grandeur nature des plateaux de tournage de scènes mythiques du cinéma français. C’est à ce jour le seul événement en France à proposer une animation de ce type ! Plusieurs partenaires ont permis la réalisation de ces dernières notamment Transpalux, Lumex, Les frères Loubeau, JB Brunet, le garage de Lorrez, Project Adventure...

D.R.

Grâce à du matériel d’époque tel que des caméras, travellings, éclairages anciens, les visiteurs ont ainsi pu côtoyer, depuis la première édition du festival Fernandel, dans La vache et le prisonnier de Henri Verneuil (1959), Gérard Philipe dans Fanfan la Tulipe de Christian-Jaque (1952), Arletty et Louis Jouvet dans Hôtel du Nord de Marcel Carné (1938), et enfin l’irrésistible brochette d’acteurs de la « scène de la cuisine » (L. Ventura, B. Blier, F. Blanche, J. Lefèbvre et R. Dalban), du film Les tontons flingueurs de Georges Lautner (1953).

Référent : Philippe Gourault

contact : philippe.gourault.paradisio (at) gmail.com

Les projections :  

Un large choix de projections est proposé aux visiteurs, l’ensemble des lieux possibles ayant été jusqu’ici adaptés pour la circonstance : salle des fêtes, ancienne boulangerie, chapelle, arrière-salle du café, sans oublier la place de Flagy elle-même ! 

Au cours de l’édition 2019, un car Peugeot de 1953 a également été spécialement aménagé pour l’occasion afin d’y diffuser des courts-métrages familiaux. 

D.R.

 

Parmi les films visionnés au cours des deux premières éditions, citons :

  • Nina Star film d’animation de Ladislas et Irène Starewitch (1925) ;
  • Partie de campagne de Jean Renoir (1936) avec Sylvia Bataille, Jacques Brunius ;
  • Les Disparus de Saint-Agil de Christian-Jaque (1938) avec Erich von Stroheim, Michel Simon ;
  • Le Crime de Monsieur Lange de Jean Renoir (1936) avec Jules Berry, René Lefèvre, Florelle, Sylvia Bataille ; 
  • Le Mariage de Chiffon de Claude Autant-Lara (1942) avec Odette Joyeux, Jacques Dumesnil, Bernard Blier et Pierre Larquet ; 
  • Knock de Guy Lefranc (1951) avec Louis Jouvet, Pierre Renoir, Jean Carmet ;
  • Adieu Léonard de Pierre Prévert (1943) avec Charles Trenet, Julien Carette ;

  etc.

A cela s’ajoute les nombreux documentaires et documents amateurs de nos partenaires collectionneurs (Atelier du 7° Art et Cinéam) :

Les trésors de la ruralité (années 1930), Premier Cinéma ambulant à Marcoussis (1947), Le Burlesque et la ruralité (années 1930), Mémoires filmées de Seine-et-Marne (1950), etc.

Référent : Philippe Morisson

Contact : philippe.morisson.paradisio (at) gmail.com

Les expositions : 

Grâce aux partenaires et différents contributeurs du festival, nous disposons d’une grande variété d’objets tels que des vêtements d’époque portés par des acteurs, des accessoires…

© Daniel Denis D.R.

Lors de l’édition 2019, une collection de marionnettes et d’objets créés par le réalisateur Ladislas Starewitch, pionnier du cinéma d’animation en trois dimensions dans les années 1920, a été présentée dans l’église de Flagy.

Référent 2020 : Hélène Grosjean

Contact : grosjeanln (at) gmail.com

Les conférences : 

Les conférences sont organisées dans des lieux aménagés pour recevoir un public novice ou averti souhaitant approfondir ses connaissances autour du cinéma. 

Nicolas Pagnol en 2018 (D.R.)

Les conférences suivantes ont été proposées aux festivaliers en 2019 :

– « Les collectionneurs privés de films et d’appareils de cinéma » : Animation par les collectionneurs Frédéric Rolland et Pascal Rigaud, membres de l’ALICC et de l’Atelier du 7ème art ;

– « Transpalux ou l’histoire unique d’une idée lumineuse » : Animation par Didier Diaz, directeur de Transpalux et Philippe Sanson, historien du cinéma ;

– « Cheminer avec Ladislas Starewitch » : Animation par Beatrice Martin-Starewitch, petite fille de Ladislas Starewitch et François Martin ;

« L’énigme de l’Écran large » : Animation par Rodrigue Vallet, historien du cinéma ;

« L’adaptation littéraire au cinéma ou quand la littérature devient source d’inspiration pour le 7ème Art » : Animation par Rodrigue Vallet, historien du cinéma.

Référent = Rodrigue Vallet

Contact : rodrigue.paradisio (at) gmail.com

Les animations de rue :

De nombreuses animations de rue permettent aux petits et aux grands de déambuler au coeur du festival entre les différentes projections et conférences : artistes de rues, jeux en bois, ouvreuses de cinéma, acteurs, orgue de barbarie, personnages tout droit sortis de films d’antan..

D.R.